International

Au Mexique, le pape François appelle à lutter contre la corruption

Publié le dimanche 14 février 2016, par Foli Fafa

Au premier jour de sa visite apostolique au Mexique, le pape François a été accueilli officiellement au palais présidentiel de Mexico, avant de rencontrer les évêques du pays devant lesquels il a prononcé un discours sans langue de bois. Retour sur les premiers mots du pape sur le sol mexicain.

A la tête d’un pays majoritairement catholique, mais d’un Etat laïc, le président mexicain a salué le pape François comme un leader sensible et visionnaire, un pape réformateur accueilli à bras ouverts par le peuple mexicain.

Solennellement reçu dans le majestueux Palais national de Mexico, le pape François a pour sa part souligné la responsabilité personnelle de chacun pour le développement du pays, assurant que la recherche du privilège de quelques-uns était un terrain fertile pour tous les maux. « Tôt ou tard, la vie en société devient alors un terrain fertile pour la corruption, le trafic de drogue, l’exclusion des cultures différentes, la violence et même la traite des personnes, les enlèvements et la mort. Ce qui provoque des souffrances et freine le développement », a déclaré le pape François.

Si ce premier message du pape a pu déranger les dirigeants du pays, il a été en revanche applaudi par une majorité de Mexicains, à l’exemple d’Isabelle Castañon. Pour le voir et pour l’écouter à Mexico, elle est venue spécialement de Tamaulipas, un Etat du nord, dominé par la violence et par les cartels de la drogue : « Il est venu nous laisser des mots d’encouragement et d’espoir. Il va ainsi nous donner, à nous les Mexicains, une raison de continuer à lutter jour après jour face à cette situation si difficile que nous traversons », a-t-elle estimé.

Le narcotrafic, qui ronge le Mexique, il en a encore été question lors de la rencontre du pape avec les 130 évêques du pays. Le pape les a invités à ne pas se contenter de condamnations génériques, mais à un véritable « courage prophétique » pour lutter contre le narcotrafic, « véritable métastase », a-t-il dit, qui dévore le pays.

C’est un long et puissant discours que le pape François a prononcé devant l’épiscopat mexicain dans la cathédrale de l’Assomption. Il les a invités à fuir le carriérisme, la corruption, et à ne pas avoir peur de la transparence. Pour ne pas s’éloigner du peuple chrétien, le premier pape latino-américain de l’histoire a invité les évêques à une véritable conversion pastorale.